logo Annonay Agglo

CARNETS DE VOYAGE : NOUVELLE CALEDONIE (Fabien 4)

Des nouvelles de l’autre bout de la planète de la famille Helfft Résultat PERIODE du 7 au 20 février

Période du 7 février au 20 février
Notre période Nouméenne touche à sa fin, dimanche nous montons dans le nord…

Ah le nord ! Force est de constater qu’il se mérite !! En effet nous vivons un véritable parcours du combattant pleins de péripéties pour trouver un logement. On m’avait bien dit que dans le nord il y avait une crise du logement, mais j’entendais ce mot à la métropolitaine, c’est à dire que crise du logement signifiait qu’il y avait moins d’offres que de demandes…En fait il n’y a pas de logements…DU TOUT !

JPEG - 53.3 ko
Roche percée
JPEG - 82.2 ko
Pins colonaires baies des tortues
JPEG - 80.2 ko
Ombeline baie des tortues
JPEG - 81.1 ko
Laure KIA
JPEG - 78.9 ko
Cocotiers Bourail
JPEG - 63.9 ko
Constance Roche percée

Résultat, nous avons ratissé tout ce que nous pouvions, y compris un logement provisoire en tribu !!

En fin de compte, nous avons trouvé un gite à Bourail (1 heure 15 de route de Koné), où nous logerons, je l’espère, au plus tard jusqu’au 15 mars, date à laquelle un autre logement provisoire (de 6 mois cette fois) nous sera mis à disposition le temps que notre logement (définitif OUF) ne soit construit : aujourd’hui le terrain n’est pas encore acquis………

Autre grosse déconvenue : mon appareil est tombé dans sa housse à l’appartement et l’objectif s’est cassé au droit des ergots qui le relient à la boite. Direction la France pour réparation. Comme ici un objectif coute plus de 2 fois celui de la métropole, je serai plus avare de photos dans les jours qui viennent, ou j’utiliserai celui d’Ombeline pour agrémenter le texte.

Voilà, une nouvelle page de notre épopée calédonienne se tourne, nous avons quitté dimanche 12 février la capitale Nouméa pour nous aventurer en brousse. C’est en effet comme cela que l’on appelle tout ce qui est en dehors de Nouméa…Cela me fait parfois penser aux romains dans l’antiquité pour qui il y avait « Urbs », la Ville avec un grand « V » et puis le reste, c’était les barbares…

Nous sommes donc en brousse à 2 h au nord de Nouméa, en la bonne ville de Bourail, bien connue pour ses spots de surf et sa foire éponyme où les dompteurs de chevaux montrent leurs talents à l’occasion de Rodéos.

Notre logement, qu’il ne nous a pas été possible de trouver à proximité immédiate de mon lieu de travail tant la demande en matière d’habitation est forte, est donc situé à plus d’une heure de voiture de Pouembout.

Cependant l’aspect de ce dernier est plutôt satisfaisant. Trop contents d’avoir trouvé un toit pour passer la nuit, nous avions retenu l’hôtel sans même savoir ce qu’il valait. Notre crainte de tomber sur un endroit peu recommandable était donc forte. En réalité l’endroit est plutôt agréable. Constance a les yeux qui s’illuminent car il y a une cuisine américaine avec des grands tabourets façon bar branché…Tant et si bien qu’elle n’a plus envie de quitter le gite lorsque nous lui proposons de partir à la plage !

Nous parvenons quand même à l’extraire de son siège et à prendre le chemin de Poé. Cet endroit est très réputé et d’aucuns disent qu’il s’agit de la plus belle plage de la grande terre.

L’endroit est effectivement plein de charme pour qui a une paire de palmes, un masque et un tuba…Mais pour nager, ce n’est pas très pratique : il faut faire 1 km pour avoir une hauteur d’eau suffisante pour se baigner…C’est un peu comme en Basse Normandie sans la marée et l’eau glaciale, (pardon pour les normands qui me liront, mais il est vrai que l’eau ici est très chaude - entre 27 et 30°)…

La plage de Poé est donc faite pour les amateurs de fonds marins avides de coraux et de poissons multicolores, de tortues et d’autres espèces marines vivant sous les tropiques.

Pour les amateurs de vagues, je conseille la plage de la Roche Percée, située non loin de là, et qui est une passe dans la barrière de corail permettant aux bateaux d’atteindre la rive. Là la houle qui n’est plus barrée par le plattier peut s’échouer sur le sable à la plus grande joie des enfants.

Le site de la Roche Percée est un site touristique reconnu : voir à ce sujet images et vidéos sur le net.

Ce samedi 18 février le temps a été morose (eh oui, cela arrive), il a plu   très fort (pas de crachin ici). Nous n’avons pu aller nous promener sur la plage de la Roche Percée qu’en fin de journée. Le temps était encore nuageux mais cela n’a pas empêché Théophile de se jeter dans l’eau pour affronter les vagues.

Le paysage est toujours remarquable, mais l’appareil d’Ombeline ne saisit pas suffisamment la lumière pour faire se dégager les contrastes…

Ombeline sur la baie des tortues : le végétal n’est jamais bien loin des plages

Le soir nous achetons les crevettes fraiches que nous faisons revenir au lait de coco et au curry.

Laure et son nouveau bolide tout terrain : les voitures KIA sont très répandues ici.

Ce matin nous avons fait un tour sur la plage de Poé et chaussé nos Palmes Masques et Tubas afin d’aller saluer une poignée de poissons colorés.

Malheureusement il faut nager assez loin sur Poé pour croiser les coraux et les espèces qui y vivent. Nous avons pu voir quelques coraux au loin et les poissons qui s’y réfugient.

Cependant je songe à louer un kayak 2 places avec Théophile afin de gagner plus rapidement la zone de corail.

Au retour nous faisons halte au belvédère de la baie des tortues pour immortaliser la vue. Les différences de couleur marquent la limite entre le lagon et la haute mer. Cette limite se matérialise par une forte houle s’écrasant sur la barrière de corail.

Cet après midi, après une forte pluie tropicale, nous avons attendu le retour du soleil pour retourner à la plage de Poé, mais cette fois avec maman et Blanche…

Nous avons loué un kayak afin d’aller au large et de regarder le massif coralien. Malheureusement nous ne sommes pas allés assez loin et n’avons pu admirer que quelques blocs et poissons. Cela dit promenade fort sympathique.

Au retour Jay, un jeune voisin de l’hôtel que nous avons rencontré, nous a ramassé quelques noix de coco que nous dégusterons tout à l’heure.

Jay, de son prénom Jérémie (mais apparemment seul sa mère l’appelle ainsi), est un jeune français originaire de Mantes la Jolie, qui à l’âge de 19 ans, a choisi de parcourir le monde. Il a aujourd’hui 29 ans et son palmarès est déjà éloquent. C’est le guide du routard à lui tout seul…

Spécialiste dans les travaux acrobatiques autour du forage et du confortement de parois, il a notamment passé 6 mois à Sainte Hélène, la fameuse ile ou Napoléon a fini sa vie. A l’écouter, on comprend pourquoi notre empereur est mort…de déprime et d’ennui. L’ile n’est en effet peuplée que de 3000 âmes,dont certaines , désœuvrées, noient leur ennui dans la consommation effrénée d’alcool.

Un seul médecin sur l’ile, pas de cinéma…Pas d’aéroport donc 7 jours de bateau jusqu’à Capetown en Afrique du Sud, et le bateau ne passe qu’une fois par mois !!!

Jay a sillonné l’Australie à bord de son camion, il passe quelques temps ici, retourne gagner sa vie en Australie pour financier son voyage futur en Nouvelle Zélande. Ensuite ce sera l’Asie, retour en France, puis l’Amérique latine et le Canada avant l’âge de 35 ans… Tout un programme !!!

En tout cas, c’est vraiment sympathique de croiser la route de personnages atypiques, qui ont une autre vision de la vie et de la rencontre interpersonnelle…

On a vu que la consommation d’alcool était une plaie à Sainte Hélène, mais c’est malheureusement le cas ici sur le caillou (c’est comme cela que les gens d’ici appellent leur ile).

La consommation d’alcool est devenue tellement problématique qu’une loi gouvernementale en interdit la vente du vendredi midi au dimanche soir… J’étais hier samedi au leader price et ai constaté avec étonnement que les produits alcoolisés étaient derrière une cage cadenacée… Il faut dire que les kanaks ont l’alcool mauvais, des bagarres pouvant mal finir peuvent éclater autour d’un public un peu trop imbibé… En pareil cas, toutes les personnes ayant vécu ces expériences nous conseillent de partir avant d’être pris dans la bagarre générale…

Les enfants sont rentrés à l’école en fin de semaine dernière. Nous sommes contents Laure et Moi qu’ils fassent l’expérience de la rencontre de l’autre et de sa différence. Nous sommes persadués en tant que parents que cela leur donnera une grande ouverture sur la vie et sur la tolérance. Théophile a déjà 3 copains : 1 canadien, 1 brésilien et 1 kanak…

Voilà, demain une nouvelle semaine de travail commence…L’occasion d’écrire une prochaine lettre.


faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc