logo Annonay Agglo

NOUVELLE CALEDONIE (Fabien 8)

Période du 9 mai au 11 juin 2012

Bonjour à tous les métros de métropolie,

L’hiver ou plutôt la saison fraiche s’est installée sur l’archipel. Des vents et des pluies tropicales tardives nous ont abondamment balayé ces 15 derniers jours.

Voici donc les nouvelles fraiches (18 à 25 °C seulement) pendant que le temps doit se réchauffer j’imagine sur l’hexagone.

Dans l’attente de vous lire à mon tour

Amicalement
Fabien

JPEG - 80.2 ko
Vitrail missionnaires
JPEG - 186.9 ko
Tjibaou 6
JPEG - 123 ko
Tjibaou 5
JPEG - 114.3 ko
Tjibaou 4
JPEG - 114.1 ko
Tjibaou 2
JPEG - 206.9 ko
Theophile Colnett
JPEG - 207.6 ko
Laure Kanaky
JPEG - 201.7 ko
Plaque Balade
JPEG - 128.2 ko
Laure et Vico
JPEG - 83.5 ko
Pancarte bananier

Période du 9 mai au 2012 au 11 juin 2012

Levée de deuil à Pouébo – weekend de l’ascension
En ce long weekend de l’ascension, la chorale de Koné au sein de laquelle je joue du violoncelle est invitée à une levée de deuil.

Nous « commémorons » le premier anniversaire de la mort d’un jeune père de famille. Ce dernier est décédé à la suite d’un accident, la route étant un véritable fléau en Nouvelle Calédonie, le papa en question ayant laissé 2 jeunes enfants dont 1 ne connaitra jamais son père.

Nous sommes invités par le clan du défunt pour animer la messe d’anniversaire. En effet, un des membres de la chorale est originaire de Pouébo et c’est sans doute à lui que nous devons d’être là.

Nous arrivons tard dans la nuit : le clan nous attend. Nous commençons par la coutume pour demander que l’on nous « ouvre la porte ». La coutume est omniprésente en Nouvelle Calédonie et marque le respect et l’humilité sans lesquels les actes sociaux ne peuvent avoir lieu. L’ouverture de la porte se traduit par une offrande que l’on fait pour « avoir le droit » de rentrer sur le lieu : ici il s’agit en l’occurrence de la propriété de la famille du défunt.

Ensuite eut lieu la coutume d’arrivée où le plus âgé d’entre nous fit un discours pour présenter la chorale. Nous restions à cette occasion debout et derrière le représentant de notre groupe.

En réponse à cette coutume, celui qui la reçoit fait à son tour une réponse, un discours où il remercie tous les membres d’être venus. Puis tout le monde se salue, la bise se faisant aux femmes comme aux hommes.

Les coutumes sont particulièrement importantes à l’occasion de mariages ou de décès et nous avons eu l’occasion de le réaliser lors de cette rencontre.

C’est une expérience assez unique que peu de métros ont eu l’occasion ou la curiosité de vivre.

D’abord il y a la messe bien sûr où j’observe du coin de l’œil cette jeune veuve tellement digne, qui fait baptiser ses 2 enfants. J’entrevois des larmes qui coulent au moment du sacrement de baptême de ses 2 enfants, sans doute l’absence du père se fait cruellement ressentir…Quelle foi et quel courage !

La messe est belle et priante, nous mettons tout notre cœur à bien jouer et à bien chanter, aidé en cela par les prédispositions naturelles à la musique et au chant de mes amis wallisiens.

A l’issue de la célébration, nous partageons un grand repas. Les convives sont nombreux. Il y a là les 2 familles du couple, celui du mari défunt et celui de la veuve qui se font des coutumes respectives avec partage des manous.

Nous mangeons moultes ignames, tarots, salades tahitiennes, cochon, cerf, poulet, mais aussi…TORTUE !!!

Le repas. A droite il s’agit…d’une tortue. Normalement il est interdit de les pêcher sans dérogations. Pour cette fête, une autorisation particulière avait été délivrée. Tortue de 300 kilos cuite à la vapeur et servie dans sa carapace…

Le soir nous nous promenons avec Laure à Saint Denis de Balade. C’est par là qu’arrivèrent les premiers missionnaires il y a plus de 150 ans et par là également que s’est effectuée la prise de possession du territoire par les autorités françaises de l’époque.

Autre anecdote étonnante : voir la photo de la plaque de commémoration des 150 ans de prise de possession. Imaginez maintenant que les autorités françaises n’aient pas eu connaissance du texte avant l ‘inauguration et qu’elles l’ont découverte le jour J…C’est ce qui s’est passé, les personnalités étaient blêmes, on peut l’imaginer !!

En ce moment les tee shirts, sacs et autres produits dérivés aux couleurs du drapeau kanak et ornés de l’inscription « Kanaky 2014 » fleurissent un peu partout en province Nord…Ils sont beaucoup plus rares en province Sud…

Quelques moments de partage avec nos amis wallisiens. Vico tout fier de sa petite équipe a un peu exagéré sur le Whisky et la bière Number One la veille mais ses capacités de récupérations sont étonnantes ! Il faut dire qu’il est jeune…et Wallisien !!!

Blanche a eu beaucoup de succès auprès de nos amis kanaks également

Nous avons aussi profité du lieu qui se trouve au Nord de la cote Est pour aller faire un saut (ou plutôt un plongeon) aux cascades de Colnett, entre Pouébo et Hienghene.

Théophile et papa ont profité du toboggan naturel et de l’eau bien fraiche…

Nous passons aussi le fameux bac de la Ouahième : un bateau qui prend les voitures par groupe de 6 environ pour faire passer le cours d’eau, itinéraire obligé entre Pouébo et Hienghene. Pour le moment pas de projet de pont pour franchir la voie d’eau…Je crois que les gens sont attachés au côté typique du bac et qu’il semblerait qu’on ne trouve pas le bon sol pour les fondations d’un éventuel projet de pont.


Téné – weekend de pentecôte

Nous sommes encore sous le coup de notre long et éprouvant weekend à Pouébo, où nous avons dormi sur des nattes pendant 2 jours…Notre dos n’est pas encore accoutumé à ce mode de couchage typique de Nouvelle Calédonie et les nuits sont parfois courtes.

Aussi nous ne nous sentions pas de renouveler l’expérience du couchage spartiate à l’occasion du rassemblement des jeunes de Tené, dont c’était pourtant le 25e anniversaire.

Nous ne nous sommes rendus sur le site que le dimanche pour la messe. Il y avait là je pense quelques milliers de jeunes (et moins jeunes), sous un soleil de plomb, avec des coins d’ombres dont les places étaient chères !

A l’issue de la messe, les jeunes des différentes villes du pays ont fait un spectacle de danse.
J’ai été particulièrement impressionné par la prestation de Païta, qui est une commune proche de Nouméa, et où la communauté wallisienne est très importante.

Petites promenades à Foué

Passées les grandes escapades du mois de mai, nous profitons un peu de notre chez nous pour faire…du farniente ! Et seulement quelques promenades sur la plage de Foué toute proche…

Nous regardons grandir et évoluer nos enfants…

Les broussards en ville…escapade à Nouméa 9-10 juin


Un peu de civilisation ne fait jamais de mal…Nous profitons de l’invitation de nos amis les Van Hecke pour revenir gouter les joies de la ville.

Les Van Hecke sont un couple charmant de notre âge, avec 4 enfants configurés exactement comme les nôtres : 1 ainé garçon qui se lamente d’être entouré de 3 jeunes sœurs sans que les parents n’aient été assez bons pour lui faire un frère !

Nous les avons connu car Margo Van Hecke est la cousine germaine de nos amis de Jauréguiberry et il se trouve que lui…a travaillé chez Pertuy, dans la même entreprise que moi à Nancy. On retrouve plein de copains au bout du monde !!!

Le cinéma de Koné n’étant qu’au stade d’affiches y vantant la construction prochaine (le mot prochain étant très relatif sur le Caillou…cela peut durer longtemps), et mourant d’envie de voir le dernier Marvel Avengers, j’emmenai mes 2 grands au cinéma…Enfin un vrai ciné, et en 3D s’il vous plait !

Plus tôt dans l’après midi, nous avons pu visiter le centre culturel Jean Marie Tjibaou. Je n’avais pu encore visiter cette merveille architecturale et j’étais doublement intéressé par la visite car je travaille sur un projet de centre culturel sur la cote Est de l’ile (commune de Canala).

L’architecte Renzo Piano, bien connu à Lyon pour avoir conçu la cité internationale, a fait des merveilles sur ce centre de Nouméa.

Les cases font 28 mètres de haut pour 3 d’entre elles, rappelant les 28 langages différents qui sont parlés sur l’archipel.

Manquant de temps, nous n’avons fait que le chemin kanak, petite promenade culturelle autour de la magnifique architecture du centre, et qui permet au visiteur de comprendre le rapport qu’entretiennent les kanaks avec les différents arbres et végétaux.

On retrouve donc des choses que l’on a remarqué au cours de nos quelques expériences en tribu : l’importance capitale de l’igname, du calendrier de sa culture et de sa présence dans les cérémonies coutumières…

Ce rapport à la nature nous frappe beaucoup Laure et moi, les kanaks sont vraiment très sensibles à la végétation et à la terre en général, il s’agit d’un peuple d’agriculteurs. Même au fin fond d’une tribu inaccessible perdue dans la chaine, les jardins sont entretenus, les pelouses régulièrement coupées, les couleurs sont chatoyantes…

Je lis la confirmation que le pin colonnaire est le symbole de l’homme et le cocotier celui de la femme et que ces 2 arbres bordent le chemin qui mène à la grande case.

J’achète par ailleurs une revue qui évoque la parole dans la culture kanak, car j’ai vu récemment au rond point de la province, une banderole invitant à un meeting du FLNKS et indiquant : « les accords de Nouméa c’est notre parole ». Aussi je m’interroge sur ce qu’est la parole kanak, je crois que c’est quelque chose de très fort mais n’ai pas encore assez lu sur le sujet.

Le soir nous sortons avec Laure et nos amis dans un petit restaurant où nous dégustons un carpaccio de cerf accompagné d’un vin neo zélandais. Cela fait du bien de pouvoir sortir de temps en temps…

Le lendemain nous regagnons nos pénates au terme de 3 heures de route.

JPEG - 207.3 ko
Tortue
JPEG - 203.4 ko
Entree tribu Pouebo
JPEG - 164.3 ko
Eglise Hienhene
JPEG - 177.6 ko
Danses Tene
JPEG - 131.2 ko
Blanche sur pick up
JPEG - 204.6 ko
Bac ouahieme
JPEG - 106.3 ko
Blanche et Ryan
JPEG - 67.9 ko
Audrey et Blanche
JPEG - 70.5 ko
Ombeline Foué

faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc