logo Annonay Agglo

QUELQU’UN D’EN HAUT de Bernard BOYER : DES PERSONNAGES SIMPLES et AUTHENTIQUES. Le TEMPS DEVANT SOI.

Une centaine de personnes ont participé à ce vendredi de La Vanaude

Un public nombreux s’est rendu au rendez-vous de La Vanaude pour découvrir le documentaire "Quelqu’un d’en haut" en présence du réalisateur Bernard Boyer.
Sa passion pour la montagne et pour les gens se traduit incontestablement dans ses films.
Il n’y a pas de tricherie, et les images invitent à la réflexion. Les personnages sont simples et attachants dans leur authenticité.

JPEG - 254.2 ko
Un public nombreux...
JPEG - 262.9 ko
...scotché aux images de Bernard Boyer
JPEG - 303 ko
Bernard Boyer, le réalisateur
JPEG - 259.8 ko
Daniel Hérold et Muriel Bonijoly présentent la soirée

Momo, un plombier parisien, qui a vécu sa jeunesse en orphelinat, s’est pris de passion pour la glisse... Il l’exprime en termes simples mais tellement vrais... Quand il doit quitter cette montagne pour retourner dans son quotidien urbain, c’est un déchirement.

"Sous un même toit, dans le pays de la Meije", à Villar d’Arène, vit une famille nombreuse sous la houlette de Roselyne . Véritable pilier de son village par sa fonction de secrétaire de mairie, elle est aussi et surtout la clé de voûte de sa famille et s’occupe admirablement de deux frères handicapés et d’une maman fortement diminuée.
Avec deux autres frères elle gère la ferme. Les gestes quotidiens au rythme des saisons sont parfaitement maîtrisés. Là haut, on connaît le sens de son travail, l’économie des gestes qui permet d’assurer un travail colossal et la valeur des choses.
Cette famille peut quasiment vivre en autarcie économique mais reste attachée à la convivialité...

Charles et Edouard, ou le temps suspendu.... Tout est dit dans le titre. On a l’impression que le monde "moderne" est totalement étranger à ses deux frères qui vivent dans des conditions plus que modestes. Ils sont en symbiose avec cette nature qu’ils connaissent finement. Les expressions et les gestes témoignent d’une belle forme de sérénité...d’un monde révolu.

A l’évidence les films de Bernard Boyer sont à rapprocher des magnifiques textes de Jean Carrière auteur de "L’épervier de Maheux"(roman de 1972) et de la préface qu’il a écrite dans "Joseph, Noémie, Célestin et autres paysans de l’Ardèche".

Extrait de la préface de "Joseph, Noémie, Célestin et autres paysans de l’Ardèche" :

"...On n’ a pas remis le monde en question. Qu’est-ce que c’est, le monde ? Ce n’est pas un principe, c’est la place qu’on y occupe. C’est le chien qui s’étire, les bêtes qui bougent dans la paille, la buée grise de l’automne contre les carreaux gelés, la mauvaise récolte, le bois qu’il faut couper, l’eau qu’il faut tirer du puits, c’est une lampée de vin, la lune qui tremble dans l’eau de la cuvette. C’est une pensée concrète, faite de chose et dont on a besoin à chaque instant pour vivre."(Jean Carrière)

JPEG - 455.5 ko
JPEG - 467.4 ko
JPEG - 481.7 ko

faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc