logo Annonay Agglo

SOIREE DANSES ET MUSIQUES TRADITIONNELLES : UN VRAI REGAL... ODE A LA RURALITE

Un spectacle de grande qualité sous le signe de la solidarité.
Publié le mardi 4 mars 2014 par Mairie

Sous la houlette de Nicole Poinas et de Joël Meiller, Les Pas Perdus de Vernosc et le groupe de musiques traditionnelles de l’Ardèche ont offert un spectacle de grande qualité étayé par de bien belles images, diffusées par Alain Lécuyer, et des textes non moins savoureux que vous retrouverez ci-dessous.

L’esthétique des danses et musiques harmonieusement mixée à celles des images et des mots a permis au public de se régaler...
A noter qu’il s’agissait de la première sortie du groupe sous l’ère du nouveau président François Eynard.

En fin de soirée le public fut chaleureusement invité à se dégourdir les jambes pour plusieurs cercles circassiens fort sympas. Les soeurs de Nika pour qui était organisée ce spectacle y ont volontiers participé.
Merci à toutes les personnes qui ont contribué à cette soirée où les valeurs humaines furent mises en avant de belle manière.

(Photos François Peltier)

JPEG - 373.3 ko
JPEG - 427 ko
JPEG - 792 ko
JPEG - 433 ko
DSC_0021
JPEG - 882.3 ko
JPEG - 356.1 ko
DSC_0004
JPEG - 385.8 ko
JPEG - 429.7 ko
JPEG - 403.1 ko
JPEG - 407.8 ko
JPEG - 385.1 ko
JPEG - 424.7 ko
JPEG - 387.8 ko
JPEG - 309.5 ko
JPEG - 430.8 ko
JPEG - 415.9 ko
JPEG - 491 ko

Grézé Pénaous et autres danseries

TEXTES DE Nicole POINAS avec DES CITATIONS DE BREL et de FERRAT

Les pas perdus dans les sentiers buissonniers, dans les chemins de traverse, ne sont pas des pas perdus, car c’est là que se trouve l’essentiel.

La danse qui raconte la vie avec gravité ou malice nous permet de n’être pas perdus, en semant ça et là quelques pas, quelques empreintes.

1
TOI

« Gentil musicien

Fais moi rêver

Jusqu’au matin

Reste courbé

Sur ton accordéon

Ton accordéon

Tout blanc

Fais rêver, fais valser

Au gré des ans.

Gentil musicien

Fais moi rêver

Aux quatre coins de vie

Et pour qu’on lui pardonne

La vie met ses cheveux gris

Et pour nous accordéonne. »

Jacques Brel-Extrait de l’accordéon de la vie

2

LUI

Il est de ce pays, aux roches grises, rongées par les lichens, de ce pays rugueux, au sol tourmenté, aux brumes éternelles.

Il est de ce pays, dont on ne sait pas si c’est lui qui modula l’homme ou si c’est l’homme qui le modula.

Il est de ce pays, rose de ses bruyères, jaune de ses genets, subtilement mauve de ses fayards dénudés.

Il est de ce pays où les hommes remontaient la terre sur leur dos et la confisquaient en érigeant des murs et des murs .

Il est de ce pays contre lequel on se bat parfois pour assurer son existence ……mais que l’on aime toujours
Assis, seulement parfois, sur ce banc de bois, il est le maître de ce pays ...

3

LUI

« Parfois, il nous arrive avec son grand chapeau

Et son manteau de laine que suivent les troupeaux

Le berger

Il monte du printemps quand s’allongent les jours,

Ou brûlé par l’été, descend vers le bourg,

Le berger

Quand ses bêtes s’arrêtent pour nous boire de l’eau

Se met à danser à l’ombre d’un pipeau,

Le berger »

Jacques Brel- Extrait de « Les bergers »

4

LUI

Le berger vous le dira, qu’il y a herbe et herbe. La plus fine et la plus nourrissante, c’est la GREZE, de l’adret : l’herbe de soleil. Si aucune dent ne la broute, elle s’épuise à attendre.

Il ne faut pas croire que l’herbe est la même partout. Folles, grasses, hautes, rases,mauvaises, ces herbes sont là, à l’ombre, au soleil, au bord de l’eau.

Puis, il y a ces fausses herbes, vertes d’abord et qui de matin en matin, grandissent, s’enflent, se dorent et donnent le grain, les blés verts .

5

TOI

« Donne moi la main

Le soleil a paru

Il nous faut prendre le chemin

Le temps des moissons est venu

Le blé nous a trop attendus

Et nous attendons trop de pain

Ta main sur mon bras

Pleine de douceur

Bien gentiment demandera

De vouloir épargner les fleurs

Ma faucille les évitera

Pour éviter que tu ne pleures.

Les blés sont pour la faucille

Les soleils pour l’horizon

Les garçons sont pour les filles

Et les filles pour les garçons . »

Jacques Brel- Extrait de « Les blés »

6

LE CHATAIGNIER

« J’entends les vieux planchers qui craquent

J’entends du bruit dans la baraque

J’entends j’entends dans le grenier

Chanter, chanter, mon châtaignier.

Bien à l’abri dans ma sous-pente

Moi, j’entends chanter la charpente

Ce n’est pas du bois vermoulu

J’entends les poutres qui se plaignent

De ne plus donner de châtaignes

En supportant mon toit pointu.

REFRAIN

Quand on devient poutre maîtresse

C’est tout le toit qui vous oppresse

Il faut chanter tout doucement

La chanson de ses origines

Celle qu’il me chante en sourdine

En y mettant du sentiment.

REFRAIN

C’est surprenant, mais c’est logique

Il chante la chanson magique

Qu’il a apprise au fond des bois

Il me chante une chanson tendre

Que je suis le seul à comprendre

Quand la nuit vient à petits pas .

REFRAIN

C’est vrai pourtant qu’il nous protège

Contre le froid, contre la neige

Tout en berçant mes insomnies

Ce n’est pas une chanson triste

Mon châtaignier est un artiste

Qui continue d’aimer la vie. »

Jean FERRAT- Le châtaignier

7

ELLE

Elle se cache dans une bogue : des piquants au-dehors, du velours en dedans, comme le cœur des Ardéchois. Elle s’entoure d’une pellicule brune et résistante, elle s’enveloppe d’une peau fine et ligneuse : La châtaigne .

Mais connaissez-vous les PENAOUS ?,Ce sont les châtaignes séchées nuit et jour à la fumée du bois de châtaigner dans les séchoirs des greniers ou dans les clèdes .

8
ELLE

Elle s’agrippe, « s’agrappe » au flanc ensoleillé.

Sur les terrasses, la vigne dessine des chevrons verts, d’or, d’ocre, bruns, pourpres.

LUI, attend la promesse du grain engorgé.

Bientôt, il se lèvera de sa chaise, ira au buffet, sortira un verre et une bouteille de vin .

Sa main forte fera le tour du verre. Il boira lentement, avec plaisir. Puis, il essuiera discrètement, du dos de la main, sa bouche et ses moustaches fines, deux fois.

Le vin est une chaleur de plus et aussi le prétexte à ménager des plages de silences dont la réflexion profite .

9

ELLE

Elle est de ces maisons basses, humbles et nobles à la fois.

Elle est de ces maisons à la porte toujours ouverte, enchevêtrées les unes aux autres, offertes au levant.

Elle est de ces maisons noyées de clair-obscur, bercées par le froissement des eaux vives, là où la terre prend la transparence du ciel.

Elle est de ces maisons qui s’emplissent de rires, d’après, de demain.

10

ELLE ET LUI

« La fille que j’aimera

Aura sa maison basse

Blanche et simple à la fois

Comme un état de grâce

La fille que j’aimera

Aura des soirs de veille

Où elle me parlera

Des enfants qui sommeillent

Et moi je l’aimerons

Et elle m’aimera.

Pavoiserons tous deux

Notre vie de soleil

Avant que d’être vieux ;

Avant que d’être vieille. »

Jacques Brel- Extrait de « La bourrée des célibataires »

11
EUX ET ELLES

« Ah ! qu’elles sont bêtes les femmes

D’obéir à leurs maris

J’en ai un comme les autres

Jamais, je lui obéis .

En passant devant le maire

Tu avais pourtant promis

En présence de ta mère

D’obéir à ton mari.

Alors, j’étais jeune fille

Je voulais me marier

Mais le lendemain des noces

C’est moi qui l’ai commandé »

Extrait d’un chant traditionnel

12

NOUS

Tenir dans la solitude des pierres, dans l’âpreté des massifs,

Trouver, dans le jour gris, la dernière feuille aux éclats de soleil

Quitter les forêts profondes, aller plus loin, quérir l’orée,

Partir, s’étourdir aux parfums des myrtilles et des foins coupés

Rêver, s’envoler et fredonner ce qu’emporte le vent .

13

« C’était hier et c’est demain » disait Aragon.

Oui, danser, c’est :

- mettre le présent et le futur en question, en construction,

- s’engouffrer dans le courant qui circule entre mémoire et imagination à la recherche d’une tradition entre évanescence et naissance dans la mobilité du temps,

- engager un « avant-deux » pour une culture qui vit, se nourrit, s’identifie, identifie et construit .

Car « rien n’est plus jeune qu’une vieille danse ».

(photos ci-dessous YB)

JPEG - 186.7 ko
le public sous le charme de la ruralité
JPEG - 281.6 ko
Derrière Clarisse, Denis et Jean-Claude, les accordéonistes attitrés des Pas Perdus...
JPEG - 318 ko
...qui ont conjugués leurs talents avec le groupe de musique trad d’Ardèche Musique et Danse
JPEG - 283.8 ko
...piloté par Joël Meiller
JPEG - 337.1 ko
Parfois "le chant" apportait un heureux complément
JPEG - 962.5 ko
Alain et le jeune régisseur d’AMD
JPEG - 159.8 ko
Le décor....
JPEG - 167.9 ko
...rural....
JPEG - 322 ko
...fleuri...
JPEG - 286.9 ko
...et désaltérant était posé.
JPEG - 374.6 ko
Petit délire final...
JPEG - 259.1 ko
Retrouvailles de Max avec René, Michel, marcel en compagnie de Roland
JPEG - 141.8 ko
Cette soirée restera gravée comme une belle soirée de spectacle et de solidarité pour le secours populaire.
JPEG - 259.3 ko
Des Pas Perdus dont on apprécie toujours les préstations...
JPEG - 227.9 ko
... et qu’on peut retrouver tranquillement chez soi par l’intermédiaire d’un excellent DVD réalisé par Montmiandon films

faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc