logo Annonay Agglo

St ETIENNE du ROUVRAY : HOMMAGE INTERCONFESSIONNEL et REPUBLICAIN

Publié le mardi 2 août 2016 par Mairie

Ce vendredi 29 juillet 2016, environ quatre-vingts personnes se sont retrouvées sur la place de l’église de Vanosc pour rendre hommage aux victimes de la barbarie et particulièrement au père Jacques HAMEL.
Deux élus du village, le père Gérard COLOMB, Mme AUDOUARD LIESKE Présidente de l’Eglise Protestante Unie D’Annonay et Ingmar GRANSTEDT sont intervenus.

Différents messages ont été lus :

* Communiqué de Mgr BALSA , évêque de Viviers.
* Communiqué de M. SEN, président de l’Association Culturelle des Musulmans d’Annonay.
* Discours de M. WULFRANC, maire de St Etienne du Rouvray

JPEG - 774.9 ko
Une assitance recueillie

Mot de Yves Boulanger, maire de Vanosc

Malheureusement, nous nous retrouvons une nouvelle fois pour avoir une pensée émue pour toutes les personnes victimes de la barbarie et bien sûr pour leurs proches.

La liste des attentats est effrayante. Quelques jours après celui de Nice, c’est le père Hamel qui vient d’être assassiné.

Nous ne pouvons qu’éprouver un sentiment de tristesse absolue, d’incompréhension, d’inquiétude et une forme de colère…

Mais cette colère, comme l’ont dit de nombreuses personnes, les évêques, des responsables d’autres religions, notamment musulmane et protestante, des responsables de nos institutions républicaines,
cette colère ne doit pas trouver une traduction dans la haine…

Les réponses ne sont ni dans l’angélisme, ni, et encore moins, dans la haine.

L’histoire nous a appris que les empilements de haine conduisent toujours et inéluctablement à des catastrophes.

Je reprends ici les propos de Mgr Lebrun archevêque de Rouen : « l’Église catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes."

La prière concerne les croyants de toutes les religions. Les personnes qui n’ont pas de convictions religieuses peuvent les rejoindre sur l’idée de fraternité qui, rappelons le, constitue le troisième socle de notre République…

La fraternité, c’est bien sûr l’amitié mais aussi la solidarité entre les gens et la solidarité entre les peuples.

Comme le disait Charles Péguy : « la fraternité est un devoir d’urgence… »

Je citerai aussi Karima Berger, écrivain née en 1952 en Algérie, de confession musulmane et mariée à un catholique.

Elle se dit lasse de ce raidissement identitaire qui ankylose une bonne partie de la planète . « Comme beaucoup de musulmans, dit-elle, je souffre de ces monstres qui abîment ma religion : fondamentalisme, terrorisme, dictature… ».

Je conclurai en précisant que notre commune réalise actuellement d’importants travaux à l’école publique Raymond Aubrac, je suis très heureux qu’un de nos adjoints ait vivement tenu à faire peindre sur le fronton du bâtiment, en grandes lettres, notre devise républicaine « liberté, égalité, fraternité »…

Tout un symbole.

Mot du père Gérard Colomb, prêtre de la paroisse Ste Claire Annonay La Vocance.

Editorial La Croix : Guillaume Goubert.

….. « C’est un cri de douleur, un cri de désarroi … Un cri de colère face à la violence fanatique qui ensanglante notre terre, notre monde.

Toutes ces personnes désarmées ; toutes ces vies fauchées, hommes, femmes, enfants, sans distinction de nationalités ou de religion.

De Bagdad à Orlando, de Nice à Saint-Etienne du Rouvray. Aucune cause ne peut justifier une telle abomination.

La moindre complaisance envers de tels actes, même celle qui prend la forme d’un lâche silence, doit être condamnée.

Mais notre cri vers Dieu est un appel à l’aide pour résister à la tentation de la vengeance ».

Mgr Dominique Lebrun, évêque de Rouen déclare : « L’Eglise catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes »

Le mot « fraternité » est difficile à entendre dans l’enchaînement des drames. Mais ce mot, « fraternité », nous rappelle ceci :
« Répondre à la haine par la haine serait le triomphe du mal ».

Adaptation
Père Gérard Colomb.

Message de Mgr Jean-Louis Balsa

A la suite de la prise d’otage à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), où un prêtre a été assassiné et une autre personne a été grièvement blessée, le diocèse de Viviers s’associe à la prière du diocèse de Rouen.

Nous prions particulièrement pour ce prêtre qui avait mis toute sa vie au service de Jésus-Christ, et qui a été assassiné là où l’on célèbre l’amour de Dieu pour nous, dans l’Eucharistie. Nous confions également au Seigneur les autres victimes de cet événement tragique.

Nous sommes particulièrement sensibles à ne pas répondre au meurtre par la violence et la vengeance.

Plus que jamais, nous avons besoin que tous ceux qui ont des responsabilités publiques oeuvrent pour le service d’une véritable fraternité.

Ici, à Cracovie, avec le Pape François, les jeunes proclament leur engagement à la suite du Christ pour que le monde change.

+Jean-Louis BALSA
Evêque de Viviers

Message de M.Sen, président de l’Association Culturelle Des Musulmans d’Annonay

« Tuer un être humain, c’est de tuer toute l’humanité. »

« S’attaquer à une église, c’est de s’attaquer à tous les lieux de culte, car se sont des lieux sacrés, de fraternité et de paix. Assassiner un prêtre c’est s’attaquer à toute la foi. Tous croyants de toutes confessions confondues, ne peuvent qu’être affectés par cette tragédie. »

« L’Association culturelle des musulmans d’Annonay (ACMA) et tous ses membres présentent toutes ses condoléances et expriment toute leur solidarité aux familles endeuillées ainsi qu’à toute la communauté chrétienne de St Etienne du Rouvray »

Mot de Mme Audouard Lieske, Présidente de l’EPUD’Annonay

L’église protestante unie d’Annonay tient à témoigner son soutien et sa solidarité à l’ensemble de la communauté catholique face à l’horreur de l’attaque perpétrée à Saint-Etienne-du-Rouvray. Avec ce geste de barbarie, c’est la communauté chrétienne toute entière qui est touchée au cœur. La Fédération Protestante de France nous a invités de nous tenir aux côtés de nos frères chrétiens dans la prière et l’accompagnement. Face à ce nouvel attentat, nous tenons à réaffirmer plus que jamais notre conviction que résister au fanatisme, résister aux tentatives de division par la terreur, c’est se tenir unis et déterminés, toutes confessions confondues. –
Dieu nous appelle à être des artisans de paix

Mot d’Ingmar Granstedt

Dans notre monde actuel, globalisé, les mentalités sont en train de se fragmenter de plus en plus en égoïsmes individuels et de groupes fermés sur eux-mêmes.

L’humanité qui n’a jamais été aussi interdépendante par la formidable puissance de ses moyens, semble renoncer à l’espoir de trouver un esprit commun, partagé.

Le djihadisme terroriste en est l’expression la plus atroce. Il faut évidemment le combattre. Mais pas en aggravant ce renoncement désespéré à un esprit commun par lequel nous pourrions un jour célébrer joyeusement ce qui nous unit de l’intérieur de chacun.

En septembre 1942, , Etty Hillesum, jeune femme juive hollandaise, connaît déjà le camp de concentration de Westerbork quand elle écrit ceci :

« Après la guerre, je veux parcourir les différents pays de ton monde, mon Dieu, je sens en moi ce besoin de franchir toutes les frontières et de découvrir le fond commun à toutes les créatures, si différentes et si opposées entre elles. Et je voudrais parler de ce fond commun d’une petite voix douce, mais inlassable et persuasive. Donne-m’en les mots et la force. Mais d’abord je voudrais être sur tous les fronts et parmi ceux qui souffrent. N’y aurais-je pas aussi le droit de m’exprimer ? C’est comme une petite vague qui remonte toujours en moi et me réchauffe, même après les moments les plus difficiles : « Comme la vie est belle pourtant ! » C’est un sentiment inexplicable. Il ne trouve aucun appui dans la réalité que nous vivons en ce moment. Mais n’existe-t-il pas d’autres réalités que celle qui s’offre à nous dans le journal et dans les conversations irréfléchies et exaltées des gens affolés ? Il y a aussi la réalité de ce petit cyclamen rose indien et celle aussi du vaste horizon que l’on finit toujours par découvrir au-delà des tumultes et du chaos de l’époque. »

Ne renonçons pas à chercher avec confiance ce « vaste horizon ».

Discours de Hubert Wulfranc maire de St Etienne du Rouvray. Discours lu par Jean-marie Desloges.

L’assassinat de Jacques HAMEL, prêtre de la paroisse de Saint-Etienne-du-Rouvray, les traumatismes sans nom subis par Soeurs Danièle, Huguette, Hélène, les époux Coppone, à ses côtés dans ses derniers moments, nous réunissent en hommage.

L’émotion immense en réaction à cet acte ignoble ne se tarira pas, ni ici, à Saint-Etienne-du-Rouvray, ni au-delà.

L’église de Jacques Hamel, l’église de notre ville, notre ville, sont devenus la représentation d’un monde meurtri dans un vertigineux et tragique écrasement de la réalité internationale, et ce à nos pieds, sous nos yeux, dans le sang.

Seul un profond silence ne peut qu’accompagner ces moments. Mais ce silence est assourdissant, de ce qui seul survit, la parole couchée sur nos registres, les témoignages murmurés dans les rues, sur les places, et ainsi Jacques Hamel est là avec les Stéphanais ici et leurs paroles et leurs actes vont chercher à se conjuguer : la conviction de devoir dire et faire ce qui est bon et bienveillant pour l’autre, en fraternité.

L’hommage à la mémoire de Jacques Hamel, le seul me dit sa famille éprouvée ce matin même, que nous devons retenir, nous vivants ; c’est l’impérieuse nécessité de dire et de faire ce qui est bon et bienveillant pour l’autre en fraternité.

L’état de droit que notre peuple citoyen s’est donné est l’outil de notre république.
Cet état de droit est un état des devoirs que chacun d’entre nous doit veiller à respecter.
Je veux à cet instant vous emmener vers les semaines d’après. Celles que nous allons vivre, dans la confusion des sentiments et des idées.

Très bientôt, nos enfants vont rentrer à l’école. C’est de notre responsabilité collective que dans ce contexte, nous nous assignons le devoir de fraternité. Avec l’épreuve que nous traversons, cette étape est cruciale et concrète pour nous reconstruire dans notre quotidien.

Je demande à tous les adultes de s’y préparer dans la réflexion. Nos enfants vont entrer dans leur nouveau cycle d’éducation, de culture, de citoyenneté.

Seules des paroles et des actes de paix au quotidien aideront à la sérénité et à la cohésion des familles d’ici et d’ailleurs et éclaireront le sens de notre devise républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité que nos enfants vont devoir s’approprier et respecter.

C’est la lettre de mission que je nous donne.
Je crois, j’ai l’intime conviction, qu’elle serait celle de Jacques Hamel.

Quel que soit l’égarement, puis la déshumanisation de quelques enfants d’ici et d’ailleurs.

Je tiens à vous remercier Toutes et Tous, à remercier tous ceux qui entourent et apaisent les Stéphanais.

Nous sommes au Travail, Jacques Hamel, aussi longtemps qu’il le faudra pour être les derniers à pleurer.

Merci à La Vanaude pour avoir assuré la sonorisation de cette cérémonie et merci à tous les participants

JPEG - 192 ko
Intervention des élus, Jean-Marie Desloges et Yves Boulanger
JPEG - 610.2 ko
Le père G.Colomb
JPEG - 510.8 ko
Mme Odouard du conseil presbytéral de l’église protestante
JPEG - 422.4 ko
ingmar Granstedt
JPEG - 355.8 ko
JPEG - 342.8 ko
A l’issue de la cérémonie, et au nom du Conseil Municipal, Irène Pain remettait, pour lui dire merci, des livres au père Gérard Colomb qui quitte la paroisse Ste Claire Annonay La Vocance pour continuer sa mission à Villeneuve de Berg.

faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc