logo Annonay Agglo

Christophe GUEZE : TRADITION, INNOVATION, PASSION, LA BONNE COMBINAISON POUR LE SUCCES

Publié le mardi 6 février 2018 par Mairie

Belle contribution de La Vanaude au Mondial Rabelais du Saucisson avec l’organisation de la causerie de Christophe Guèze.

Accompagné par son épouse, il a d’abord visité avec intérêt le musée du car. Le parcours de Joseph Besset, le petit charron devenu constructeur de car, le passage de l’ère hippomobile à l’ère automobile, les évolutions techniques et technologiques qui ont permis d’avoir aujourd’hui une entreprise de pointe, héritière d’un savoir-faire ancestral, n’ont pu que faire écho à son propre parcours d’entrepreneur.

JPEG - 164.6 ko
Au musée du car J.BESSET qui lui aussi a toujours été fier de ses racines rurales et des valeurs qui vont avec et qui lui aussi comme Christophe n’a pas hésité à moderniser pour perenniser .
JPEG - 82.5 ko
JPEG - 135.8 ko
Christophe et Sylvie avec des responsbles de La Vanaude et du comité vanoscois organisateur du Mondial Rabelais du Saucisson
PNG - 772.7 ko
Christophe Guèze avec René-Louis Thomas recteur de l’Académie Ardéchoise des Amateurs de Saucisson

Après une pause à la table simple et savoureuse du chef Alain, Christophe a donc présenté son entreprise au public présent dans l’annexe municipale.

Après une pause à la table simple et savoureuse du chef Alain, Christophe a donc présenté son entreprise au public présent dans l’annexe municipale.

La maison Guèze a pignon sur rue à Vernoux depuis 1933, aussi, quand tout jeune Christophe a embrassé la carrière de charcutier traiteur en passant son CAP au CFA de Livron, ses parents furent-ils ravis de cette continuité.

Toujours dans cette même logique, en 1991, il reprend la petite affaire familiale. Les premières interrogations surgissent rapidement quand une grande surface s’installe dans la pimpante cité entre Doux et Eyrieux .
Il écarte les solutions négatives, colère ou jet d’éponge et opte pour le dialogue qui s’avérera intelligent et fructueux : il fournira le nouveau commerce.

Pour se développer, Christophe devient aussi commercial et prend l’attache de boucheries charcuteries dans une zone de proximité de Romans à Montélimar. Son approche conviviale lui permet d’obtenir de plus en plus de commandes honorées grâce à l’aide des son père.

Un beau jour, il est contacté par un directeur d’hypermarché qui souhaitait simplement avoir un petit rayon de charcuterie de qualité pour que son épouse puisse s’y servir…

En parallèle, il continue son activité de traiteur et sert des repas, parfois à des personnalités qui ont une résidence en Vivarais. Il sait répondre à des challenges comme celui des « Ainés ruraux » qui lui confièrent la fourniture et le service de 3200 repas lors d’un rassemblement départemental.

1ère usine de 800 m²

Quand les services administratifs l’informent qu’il devenait indispensable pour poursuivre ses activités de répondre aux exigences et normes européennes, Christophe décide de franchir un nouveau cap. Avec une nouvelle fois le soutien de ses parents qui n’hésitent pas à gager leurs propriétés, il lance la construction d’une salaison de 800 m².

A 55 ans sa mère devient une adepte de l’informatique, ce qui fait affirmer à son fils qu’avec de la volonté, on peut apprendre à tout âge. Malgré les efforts de la famille et du personnel, les premiers bilans de la nouvelle ère sont clairement dans le rouge, comme chez beaucoup de confrères, à cette époque.

Un de ses clients avec lequel le premier contact avait pourtant été compliqué comprend la situation et lui verse une avance conséquente et fort utile. Une belle amitié en découlera.

L’acquisition du matériel permettant de proposer des tranches de charcuterie sous vide à la clientèle est déterminante. Les investissements se succèdent non sans difficulté parfois. A juste titre l’entrepreneur ardéchois peut être fier d’être parvenu à faire cohabiter du matériel de haute technologie avec le geste manuel ancestral.

Osez...

Fidèle à sa devise, « osez si vous y croyez… » Christophe Guéze a parfaitement assis sa position avec son site de Vernoux.

L’audace et l’innovation si elles sont incontournables ne sont cependant pas les seules clés de la réussite. L’expertise, le savoir-faire sont sans aucun doute les conditions premières. Christophe évoque à loisir les questions de qualité, d’origine des produits, des temps de séchage et de traçabilité.

En outre, il accorde une importance capitale à la formation de ses collaborateurs. C’est ainsi, par exemple, qu’il a vivement incité, un des ses jeunes charcutiers à partir quelques mois à Parme, pour acquérir la maestria nécessaire à la fabrication de jambons de haute qualité… Le jeune homme qui ne parlait pas un mot d’italien ne regrettera pas cette immersion professionnelle. Ni l’entrepreneur du reste.

En 2008, la maison Guèze acquiert les établissements Chabert implantés dans la charmante cité de Ste Cécile les vignes, au pied du mythique Mont Ventoux. Deux ans plus tard, la marque Chazel de St Just d’Ardèche rejoint le giron du charcutier vernousain. Le respect de Christophe Guèze pour les familles fondatrices de ces sociétés et pour leurs employés a indiscutablement favorisé ces reprises et le développement, même si cela ne fut pas toujours aisé.

Il y a quelques années, un peu par hasard, le charcutier découvre en Hongrie une race de porcs assez étonnante, le Mangalica, qui a le poil plus épais et plus long, frisé, s’apparentant à de la laine en hiver.

Il offre deux ces porcs à un ami avec lequel au moment opportun il les charcute. Ils découvrent alors une épaisseur étonnante de gras, gras qui par ailleurs contient un taux élevé d’Oméga 3 et 6 (acides gras polyinsaturés) et d’antioxydants naturels , intéressants pour la santé.

Le temps de séchage passé, les deux amis apportent les jambons à Régis et Jacques Marcon. Le verdict des célèbres cuisiniers altiligériens est sans appel : la qualité est exceptionnelle !

L’invité de La Vanaude n’a pas manqué de conter sa fabuleuse aventure russe. Répondant à l’invitation d’un consul Christophe et son épouse , après un épisode épique à l’aéroport, se retrouvent dans un salon de la gastronomie à Moscou. La description par Christophe de la rencontre avec un de ses homologues moscovites est savoureuse. Après une phase de provocation frisant le mépris, les deux professionnels ont tissé des liens qui valurent au couple vernousain une invitation à « La Marée » un établissement spécialisé dans l’importation de produits d’exception. Et là, avec un beau culot, alors qu’on arrêtait pas de lui parler et d’ encenser le fameux jambon ibérique « pata négra », Christophe a négocié dans de très bonnes conditions la vente du jambon de Mangalica… Et cela a bien fonctionné.

Pour conclure cette soirée passionnante, Christophe a indiqué qu’il venait d’acquérir la société « Les fumades de Savoie », une nouvelle étape à assumer.

La combinaison des concepts de tradition et d’ innovation avec une dose énorme de passion a permis à la maison Guèze d’obtenir une réussite incontestable.

Il faut dire que la philosophie qui préside à son action, ne jamais gruger le consommateur, rester dans la vérité et la qualité alimentaire, savoir dire oui, mais savoir dire non quand la qualité pourrait être remise en question, savoir respecter et valoriser ses collaborateurs en privilégiant le « aller bien plutôt que le aller vite » , est une vraie force.

JPEG - 169.7 ko
Sylvie au volant du P32 Citoën Besset de 1935...

faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc