logo Annonay Agglo

RWANDA : JUSTICE et MEMOIRE LE REMARQUABLE et INDISPENSABLE TRAVAIL DES GAUTHIER

Publié le vendredi 21 juin 2019 par Mairie

1994. Attendre fébrilement des nouvelles du Rwanda et apprendre par fax que sa mère et d’autres personnes de ses connaissances ont été victimes de ce génocide, c’est l’horreur absolue qu’a vécu Dafroza Gauthier.

Dafroza native duRwanda et Alain dont la famille est de St Désirat
Un public touché et particulièrement intéressé
Extrait de 13h15 le dimanche de France 2. Recueillement à Kigali.
des enquêtes sur le terrain. Indispenable et laborieux.

En trois mois, un million de Tutsi ainsi que des Hutu modérés ont été atrocement assassinés, parfois par des voisins, des gens de leur entourage.
Vendredi dernier, après la projection de l’excellent reportage de 13h15 le dimanche de France 2, Dafroza et Alain Gauthier ont expliqué leur engagement total à poursuivre les génocidaires, non pas par vengeance, mais pour les traduire en justice, en mémoire des victimes.
Ils ont avec persévérance et abnégation étayé 25 dossiers. Il leur a fallu se rendre sur place au Rwanda, retrouver des témoins, les rassurer et rassembler toutes les informations possibles. Un travail de Titan.
A ce jour, ils ont pu ainsi obtenir la condamnation à perpétuité de deux anciens bourgmestres responsables avérés et acteurs d’exactions ainsi qu’une condamnation de 25 ans pour un ancien capitaine de l’armée.

Quand vient le procès, le couple Gauthier déménage carrément à Paris pendant deux mois et assiste à l’intégralité des séances, parfois jusqu’à une heure avancée.
Chaque soir Alain rédige et met en ligne le comptev rendu détaillé des séances sur le site du Collectif des Parties Civils pour le Rwanda.

Une démarche éprouvante mais tellement utile pour l’Histoire.
Lors de cette soirée de la Vanaude, Dafroza et Alain n’ont éludé aucune question, notamment sur les racines de cette tragédie. Le découpage « à la règle » par les pays colonisateurs des frontières , ne respectant pas les réalités sociologiques des pays africains, les malaises et rancœur de classes sociales parfois exacerbées par les colons.
Ils ont évoqué le rôle de la France qui, pour le moins, interroge sérieusement…
Ils ont bien entendu rappelé le déroulé de cette catastrophe humanitaire avec l’assassinat du président Habyarimana comme déclencheur de l’horreur.
En conclusion, ils ont parlé de la reconstruction du pays natal de Dafroza. 65% des rwandais d’aujourd’hui n’étaient pas nés, il y a 25 ans, au moment du génocide.
Les autres vivent avec la tragédie en mémoire. Comment pourraient-ils oublier ? Le travail des Gauthier permettra aux générations futures de savoir précisément ce qui s’est passé pour que de telles atrocités ne se reproduisent.
Il faut avancer en toute lucidité, mais avancer à tous prix.

Les personnes qui souhaitent aider le collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) peuvent le contacter à partir du site internet

http://www.collectifpartiescivilesrwanda.fr

ou écrire au avenue Jean Jaurès 51100 Reims

D’émouvantes retrouvailles

faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc