logo Annonay Agglo

René CATINON : De ROCHEPAULE à CADAQUÈS, CHEZ DALI AVEC L’AMI TRENET

Publié le mercredi 25 septembre 2019 par Mairie

« Il y avait des arbres des coteaux des châteaux

Et dans le ciel des oiseaux rigolos

Il y avait des marbres par dessus les tombeaux

Et parfois même gravés des mots beaux

Il y avait des vaches des veaux et des taureaux

Une vache qui mâche c’est beau

Ah la route ami que j’avais faite ce jour là

Je ne pourrai jamais oublier ça »

Moins connue que « Douce France », que « Ya de la joie » et bien sûr que « la Mer », qui est diffusée toutes les 12 minutes dans l’un des quatre coins du monde, avec 4000 versions, la chanson « Il y avait des arbres » narre une aventure routière vécu par Charles Trenet…L’ami dont il parle n’est autre que le bourguisan René Catinon invité du dernier vendredi de La Vanaude .

Une partie du public dont Guy Fressenon

Soirée passionnante dans laquelle René Catinon a évoqué son propre parcours du bal des pompiers de Rochepaule à une visite chez Dali et sa muse Dala à Cadaquès en Espagne, en compagnie du monument de la chanson française Charles Trenet.

Doué en musique, René s’est fait remarquer très jeune en obtenant une deuxième place à un concours à Annonay avec son groupe « Jeunesse et gaité ». Les jeunes gens appréciés ont très vite sillonné les communes de l’Ardèche, la Loire et la Haute-Loire.
L’accordéoniste se rappelle avec émotion que le café Montagne de St Julien Vocance l’invitait à se produire une fois par mois.

L’expérience acquise dans les fameux bals populaires très prisés dans les années 60 et 70 a été précieuse et l’a conduit a côtoyé les artistes stars du moment… Entre autres Jo Dassin, Claude François, Yves Lecoq ou Sacha Distel dont il a apprécié l’extrême gentillesse. Alors que René et ses amis galéraient avec leur sono pour passer en première partie, l’interprète de Scoubidou, très en vogue alors, est venu sur la scène et lui a proposé d’utiliser son matériel…Chapeau monsieur Distel…
René raconte comme si c’était hier, qu’à 20 ans, il avait décidé de monter à Paris et de faire du porte à porte dans les maisons de disque. Un jour il rencontre Rachel Breton avec laquelle le courant passe incontestablement bien.
Quelques temps plus tard, Rachel lui fait la surprise de lui faire rencontrer celui que les médias avaient baptisé « le fou chantant »…

Ce cher René, ainsi l’accueillait Trénet

Le jeune bourguisan devient au fil des ans l’un des proches de Trénet qui l’invite dans ses diverses résidences à Cannes, Narbonne, Aix en Provence Canet en Roussillon ou à La Varenne Saint-Hilaire.

René Catinon a raconté une multitude d’anecdotes sur ses rencontres avec Trénet, ses proches, sa mère avec laquelle l’artiste avait parfois des rapports à la fois confictuels et affectifs…

Le poète chanteur, admiré par Brassens, Aznavour et tant d’autres, avait conservé un esprit jeune voire insouciant. A partir d’un mot, lâché par un ami comme René, Trénet construisait une phrase et souvent, le lendemain, cela aboutissait à une chanson…

Dans le sillage de l’auteur compositeur, René a eu la chance de rencontrer de nombreuses personnalités du monde de la chanson, Mike Brant, Annie Cordy, Guy Lux, Danielle Gilbert ou Philippe Bouvard.

Chez Dalida, il eût un jour la surprise de voir arriver le président de la République. Tout le monde s’était naturellement levé, excepté Charles Trénet qui se justifia en affirmant « Je ne peux pas me soulever ». François Mitterand dont on connaît l’aisance dans la répartie lui répondit « cela tombe bien, j’ai horreur des soulèvements »…

René Catinon n’éluda aucun aspect de la vie mouvementée de son ami.

En réponse à une remarque du public, il confirma qu’après une traversée du désert, notamment lors de la période « Yéyé », Jacques Higgelin a contribué à relancer son mentor avec une invitation au Printemps de Bourges. Du reste, beaucoup plus tard, en 2005, Higgelin a sorti un album entièrement consacré au maître.

L’institut Charles TRENET à Bourg-Argental

René a assisté au dernier concert de Charles Trénet à Crest . A 85 ans, celui-ci participa aux balances sous un soleil de plomb… Même pas fatigué, il partit ensuite se promener dans « les coteaux, les châteaux sous un concert d’oiseaux rigolos »…
Il décèdera en 2001.
Ses amis et proches ne l’oublient pas. Sous la houlette de Georges El Assidi, ils ont crée l’Institut Charles Trenet. L’ancien collaborateur du maître a sollicité René Catinon au poste de vice-président délégué, Lydia et Jean-Pierre Jarrige respectivement comme trésorière et secrétaire. Jean-Jacques Debout en est le président d’honneur.

Cette association a pour objectif d’entretenir la mémoire et le souvenir du poète chanteur à travers différentes missions :
– La création d’un concours qui favorisera l’émergence de nouveaux artistes tant en France que dans le monde.
– La réalisation de manifestions tels que des concerts, spectacles, remises de prix, bourses et aides diverses.
– Des partenariats avec différents artistes, maisons d’édition et de disques, pour plusieurs évènements et projets.

Le siège de l’Institut a été fixé à Bourg-Argental…

La création d’un Espace Charles Trenet dans le fief de l’ami René, constituerait pour des partcipants à cette soirée Vanaude un bel atout à quelques encablures de la Nationale 7… Tout un symbole.

La soirée vanoscoise s’est terminée avec une chanson interprétée par René Nicod accompagné par l’accordéoniste bourguisan déclenchant quelques pas de danse du public ravi.

Les deux René, Catinon à l’accordéon, Nicod au chant...
En l’absence de Marc Labrosse, c’est Muriel qui a présenté l’invité du jour.
retrouvailles familiales avec Eric Peyrachon, cousin de Réné Catinon.
René se dépense sans compter pour promouvoir l’oeuvre de Trénet. ( Photo à RCF)
Certains n’ont pas résisté...

faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc